Retour

  • S6- 10 La fabrique du projet

E.T. - Enseignement Transversal : Ville et société VT

Semestre 6

Groupe 11 VT - Giovanna Marinoni

Responsable(s) : Giovanna Marinoni

  • Année : 3
  • Semestre : 6
  • Affilié à un groupe : non

Objectifs pédagogiques

Le cycle de licence constitue le socle commun des connaissances. Dans cette perspective, le S6 est le moment consacré aux apprentissages du projet urbain, à la connaissance et la maîtrise des processus de transformation d’un territoire.

Le TD “Espace public : analyse des formes spatiales et des usages” est transversal aux champs VT et SHS, en coordination avec les 12 groupes de projets. Le programme de chaque groupe de TD s’adapte aux sites, échelles, et programmes développés dans les groupes de projet. Les heures qui leur sont affectées sont cependant distinctes des heures de projet.

 

Les TD sont menés à double voix SHS-VT : ils articulent les objectifs d’apprentissage des deux disciplines et leur évaluation est partagée par les enseignants des deux champs lors d’un rendu commun. Les exercices visent à étayer les apports des cours magistraux VT et SHS par une exploration des formes urbaines et de l'espace, permettant aux étudiant.e.s de manipuler et d’intégrer les connaissances théoriques et d’être à même de les transférer dans la pratique de conception.

 

Ce TD transversal au champs VT, SHS et TPCAU a ainsi pour objectif principal d’initier les étudiants à l’observation, l’appropriation, au sens d’une lecture critique et personnelle des espaces non construits dans la ville, l’analyse typo-morphologique de ces mêmes espaces, des structures qui les organisent et qualifient, et objets qui les occupent, et la retranscription sensible en lien avec les usages, pratiques et situations sociales, en contexte urbain, pour comprendre les enjeux liés à la production et aux usages des espaces publics de demain.

Contenu

Ces TD, centrés sur l’espace public, permettent aux étudiant.e.s d’investiguer les formes spatiales, les usages et les formes sociales. Les exercices leurs permettent de comprendre l’espace dans ses dimensions matérielles et immatérielles et dans ses différentes temporalités. Ils les amènent à interroger les relations entre espace public et espace privé, en analysant les transitions, seuils et frontières.

L’exercice se situe à l’articulation entre l’analyse urbaine menée dans le cadre du projet et le travail d’observation et d’analyse des usages réalisé pour le champ SHS. Cet espace d’articulation consent de prendre une première distance des enjeux liés au processus de conception inhérent au projet, pour s’interroger sur ce qui peut définir plus largement les qualités des espaces sur lesquels nous intervenons, tant sur un plan esthétique, de confort visuel (distances, proportions, vues, éléments de cadrage etc) que sur un plan de confort d’usage (chaleur, ombrage, lumière, obstacles, assises etc).

 

Le travail s’organise par groupes, mais l’expression d’un apport personnel est attendue et sera évaluée.

Le territoire étudié est celui proposé dans le cadre du projet. Cependant l’exercice d’observation interrogera les périmètres pour tenter de définir une géographie des espaces et usages pertinente, en relation avec la thématique abordée par chaque groupe.

A partir de thématiques proposées et choisies par les groupes d’étudiants il s’agit dans un premier temps, en groupe, de rendre compte d’une géographie de cette thématique à l’échelle indicative de l’analyse urbaine (dont le périmètre sera questionné).

Les thématiques proposées permettent d’appréhender les espaces en relation aux usages possibles par tout un chacun, afin d’interroger l’articulation entre l’espace et le « libre mouvement », l’enjeu de la pensée conceptuelle, la réflexion sur la nature futile, arbitraire ou nécessaire des composantes du paysage urbain…

 

Dans cette articulation entre espaces et usages on peut envisager et dessiner différentes « géographies », à partir desquelles nous pourrons « définir » des qualités physiques, perceptives et visuelles :

- Les ombrages (au solstice d’été 16h), hors ombre portée des bâtiments

- Les assises (hors bordures de trottoir)

- Les amplitudes physiques et visuelles (continuités d’espaces au-dessus de 1,40 m du sol)

- Les obstacles (entre le niveau 0 et 1,40 du sol, hors bordures de trottoirs)

- Les objets et leur encombrement, pour l’accès, entretien, etc (à classer selon destination d’usagers, pour tous, pour une catégorie)

- Les espaces résiduels = espaces libres sans usage prévu

- Les continuités de sol homogène, à commencer par le sol lisse (établir un gradient de rugosité des sols)

- Les continuités végétales (typologiques)

- Etc.

 

Il s’agit de renseigner un fond de plan adéquat (plan, coupe, multi-scalaire) en nommant les choses.

Les étudiant.e.s peuvent proposer d’autres thématiques (alternatives), adaptées à l’exercice.

 

Les TD se déroulent en demi-journées. La démarche d'investigation se déploie à partir de lectures du terrain (relevés d’observation), en allers-retours, d’un travail de recherche sur plans (cartographie historique et contemporaine) et photo (à l’appui de programmes web type street view) et de tout autre document de connaissance, à partir d'un corpus d'ouvrage définis par les enseignants SHS, VT et TPCAU (et/ou référencé dans les cours magistraux et de projet).

Dans un premier temps on établira, en groupe, une géographie thématique (spatialité/usage) dans un périmètre cohérent avec l’analyse urbaine réalisée dans le cadre du projet. Dans un deuxième temps, individuellement, on devra définir les qualités d’un espace choisi, en relation avec le projet et à l’égard de l’ensemble des thématiques abordées par la classe, permettant d’établir un dialogue conceptuel entre les qualités (identifiées) de l’existant et le projet architectural au sens large (espaces intérieur/extérieur, éléments de transition et/ou d’agencement).

Au rendu une confrontation doit être possible entre le ressenti des personnes rencontrées, habitants ou visiteurs des lieux (dont doit rendre compte le travail pour le champ SHS) et la compréhension de chaque étudiant.e des qualités d’un espace versus ses intentions de projet.

 

L’enseignement pour VT s’organise de la manière suivante :

Jeudi 16 mars : 11h-13h (salle 203) SHS - POUR MEMOIRE

Vendredi 17 mars 9 :30-12 :30 (salle 207) VT : Partage des points de vue sur le site (cartes-postales 1 par étudiant) > Présentation de l’exercice, échanges intentionnels sur les thématiques proposées, constitution (ou confirmation) de groupes et travail de préparation (définition d’une géographie d’usage cohérente à explorer sur le terrain)

Jeudi 23 mars matin 9 :30-12 :30 (salle 608) VT/SHS : contenu de la séance à préciser, échanges et articulation entre champs

vendredi 24 mars matin, 9 :30-12 :30 (salle 124) VT : travail sur le terrain

Jeudi 6 avril matin 9 :30-12 :30 (salle à préciser) VT : restitution du travail d’observation de terrain à travers l’élaboration d’une cartographie thématique (« géographie des obstacles » etc) accompagnée de croquis/photomontages/textes ou autres expressions choisies

Vendredi 7 avril, 9h-17h (travail sur le terrain) SHS - PM

Vendredi 14 avril : 11h-13h (salle 603) SHS - PM

Jeudi 20 avril matin 9 :30-12 :30 (salle à préciser) VT : travail individuel sur les qualités d’un lieu choisi (sur le terrain ou en salle)

Vendredi 21 avril : 11h-13h (salle 603) SHS - PM

Jeudi 4 mai 9 :30-12 :30 (salle à préciser) VT : élaboration d’un document de synthèse

Vendredi 19 mai 9 :00-13 :00 (salle 603) VT/ SHS/TPCAU (si possible) : rendu

Travaux

Le rendu est constitué d’analyses socio-spatiales, sous la forme de dessins, cartographies et textes d’observations, en format A3 compilables dans des formats A0 qui, dans la mesure du possible, exprimeront l’articulation avec le travail réalisé pour le champ SHS. Ils seront affichés dans l'ENSA durant la période des jurys d'ateliers. Des consignes de rendu seront données en classe, en lien avec l’enseignement du projet et du champ SHS.

Bibliographie

- Nicolas Bouvier, Le vide et le plein Carnets du Japon 1964-1970, éditions Gallimard, coll. folio n° 4898, 2004 (poche)

- François Maspero, Les passagers du Roissy-Express, éditions du Seuil 1990 et 2004 (poche)

- Caroline Stefulesco, L’urbanisme végétal, IDF 1993 > sur l’histoire et exemples de dispositifs paysagers

Informations supplémentaires

sur teams