Retour

  • S8-P2 PROJET ARCHITECTURAL ET URBAIN

DE 4 : Infrastructures terrestres - N

Semestre 8

Enseignant(s) : David Palussiere, Maya Nemeta

  • Année : 4
  • Semestre : 8
  • E.C.T.S : 13
  • Coefficient : 5,00
  • Compensable : non
  • Stage : non
  • Session de rattrapage : non
  • Mode : option
  • Affilié à un groupe : non

Objectifs pédagogiques

L’équipe pédagogique est constituée, en vue d’un effectif d’environ 15 étudiants, de :

- Géraldine Viellepeau, architecte DPLG, enseignante(responsable)

- Maya Nemeta, architecte DPLG, enseignante

- Antoine Viger-Kohler, architecte DPLG, enseignant

 

 

L'encadrement du projet se tient le mardi.

 

 

L’offre pédagogique des enseignements du projet de M1 se place délibérément dans une actualité disciplinaire, celle portée par l'ère de l'anthropocène, investissant les territoires contemporains de l'architecture et questionnant ses conditions (théorique et matérielle) d'élaboration, de production et de transmission.

Penser la « métamorphose de l'ordinaire » , c'est avant tout considérer les activités humaines, leurs récits et les territoires qui les supportent non plus à l'aune des logiques d’expansion mais de celles du renouvellement voire de la résilience dans un mouvement dialectique entre héritage et prospective, permanence et obsolescence. Les bouleversements écologiques et leurs corollaires sociaux, économiques et politiques nous y engagent.

 

METAMORPHOSE DE L'ORDINAIRE : Fos-sur-Mer

Habitat et cadre de vie

 

Nous appelons ordinaire, les territoires (et les architectures) produits par l’expansion urbaine moderne et post-industrielle, souvent qualifiés de génériques ou communément réputées sans qualité, mais qui pourtant abritent nos quotidiennetés et constituent la majeure partie de nos cadres de vie contemporains. Leurs conditions complexes, sont vus comme des opportunités pour y développer des démarches de projet singulières permettant d'imaginer des alternatives au mode de production courant du cadre bâti.

 

Ainsi, l'expérience récente de l’espace domestique comme de l’espace public nous oblige collectivement à penser les conditions contemporaines de la fabrique de notre cadre de vie et plus particulièrement celles de l'habitat.

Dans un contexte de besoin croissant et parce qu'il constitue la matière essentielle de la ville, le logement représente un véritable levier de mutation et de transition de nos cadres bâtis.

Paradoxalement, la financiarisation accrue du logement (devenu un produit), la pression normative grandissante et une capacité d’expérimentation limitée ont conduit à la dépréciation de l'habiter. Cette dégradation significative de la qualité des logements comme l'uniformisation de ses propositions construites, morphologiques et typologiques, sont plus que jamais au centre des débats (rapports Leclerc, Lemas, Idheal).

L'enseignement de projet propose d'y prendre part et d'interroger les conditions contemporaines de la production courante du logement, les modèles qu'elle mobilise, les densités qu'elle produit et les habitabilités qu'elle permet.

 

Nous investirons ces thématiques (production, modèle, densité, habitabilité) avec d'autant plus d'acuité que nos modes de vie se trouvent bouleversés voire contestés par l'urgence environnementale et la crise sociale, économique, voire politique, que nous traversons. L'approche pédagogique se concentrera sur l'actualité des formes et des modèles de l’habiter (et du logement), dans un mouvement réciproque d'inventaire et d'invention, à savoir :

 

• Considérer les formes construites (urbaines) de l'habiter, à la fois comme objet d'étude, ressources (type architecturaux, structure,etc ) et milieu (support de pratiques, de représentations et d'interaction) .

 

• Engager une démarche itérative et prospective sur les enjeux contemporains de l'habiter dont les premières manipulations convoqueront indifféremment le type, les dispositifs, la structure ou la matière.

 

Cet enseignement porté sur la forme physique et sociale de l’espace habité, entre obsolescence des objets construits et actualité d'une production, est ancré dans un environnement social, territorial, technique et réflexif réel et mobilise les thématiques transversales et récurrentes au projet d'architecture que sont le sol, le temps et la ressources, à savoir :

 

• Sol : Définir les conditions d'occupation et d'économie du sol, articulant forme urbaine et densité, comme le moyen d'inscrire durablement les projets. Penser le rez-de-ville comme lieu de la négociation entre espace public et espace privé, comme préalable à la construction de la quotidienneté, du commun et de la civilité, comme condition du partage des usages et de la cohabitation des activités, comme moyen d'adaptation aux enjeux environnementaux.

 

• Temps : Élaborer une démarche considérant les différentes temporalités comme matériaux du projet , à savoir : le temps des édifices (conception, édification, transmission et/ou transformation), le temps des usages (évolution des modes de vie, parcours résidentiel, etc) et celui des représentations (notions d'appartenance, de permanence, etc). Penser des projets capables de connaître plusieurs vies.

 

• Ressource : Porter un intérêt aux multiples formes de ressources (matérielles et immatérielles) notamment aux modes constructifs et à la matière que nous utilisons et transformons. Envisager l’économie de moyen comme projet et favoriser le réemploi des formes, des types architecturaux, des dispositifs comme des usages.

Contenu

L’enseignement aura comme objet d’étude le territoire de Fos-sur-Mer. Il prolonge ainsi le cycle d’étude des villes côtières engagé en 2022 à Dunkerque ; territoires à la fois attractifs et « en première ligne » des effets du dérèglement climatique.

 

Le contenu pédagogique de cet enseignement de projet pour le deuxième semestre du cycle de Master propose de poursuivre l’apprentissage du projet d'architecture à l’échelle de l’édifice sous la thématique de l’habitat.

Cette thématique mobilise tout autant la notion de logement, que celle de l'espace public ou la fabrique du commun et se place délibérément du point de vue de la pratique ordinaire de la ville sans pour autant tendre vers des réponses génériques.

Le projet sera l’occasion d'intervenir sur des tissus spécifiques et constitutifs du territoire de Fos-sur-Mer , d’en comprendre les objets qui le composent, d’en saisir leurs obsolescences comme leurs potentiels de transformation.

Il s’agira d’engager des démarches de projet singulières dont l’approche formelle, matérielle, ou constructive, seront autant d’entrées possibles, permettant d’ancrer le projet dans le débat contemporain autour de la définition du cadre de vie et de la production du logement.

 

Faire avec le réel

 

L’atelier de projet s’emploie à « faire avec le réel », considérant que la connaissance et l’interprétation du contexte est un préalable pour pouvoir agir et faire de l’architecture. Car on ne peut plus s’évertuer à transformer le monde si l’on ne comprend pas précisément où l’on se situe et ce dont on hérite.

 

 

Métamorphose de l’ordinaire

 

La démarche proposée procède de « l’enquête » sur des situations « ordinaires » produites par l’expansion urbaine moderne et post-industrielle, souvent qualifiées de génériques ou communément réputées sans qualité, mais qui pourtant abritent nos quotidiennetés et constituent la majeure partie de nos cadres de vie contemporains.

 

Il s’agira donc de chercher à opérer la métamorphose de modèles façonnés en d'autres temps, dans des conditions révolues ; et pouvoir les actualiser suivant un mode opératoire qui est en quelque sorte le négatif de leurs principes d’origine : prise en compte de l’existant, économie de moyens, développement scénarisé et ouvert.

 

 

Pendant ce semestre, la démarche engagée par l’étudiant·e portera sur :

 

• L’expérience de l’existant comme préalable à tout acte de transformation avec l’identification de ses multiples formes de ressources matérielles et immatérielles

 

• L’apprentissage des modes de représentations liés à la conceptualisation et la formalisation d’un projet d'architecture et ce, à différentes échelles.

 

• La constitution du rez de ville comme lieu de la négociation entre espace public et espace privé, comme préalable à la construction de la quotidienneté, du commun et de la civilité, comme condition du partage des usages et de la cohabitation des activités, comme moyen d'adaptation aux enjeux environnementaux.

 

• La transformation des tissus en déshérences voire obsolescents dont la métamorphose ouvre la perspective de nouveaux modèles d’habiter ménageant un plus juste équilibre entre activités (créative, récréative et productive) et habitats dans une nouvelle organisation spatiale conciliant attractivité économique et qualité du cadre de vie.

 

• la recherche typologique comme moyen d’articuler forme urbaine / densité et qualité d’habiter envisageant la réversibilité et/ou l’hybridation comme composante du projet.

 

• La recherche par la maquette et l’apprentissage des modes de représentations liés à la conceptualisation et la formalisation du projet architectural et ce, à différentes échelles.

 

L’enseignement est articulé avec les séminaires « infrastructures terrestres : les villes côtières face au changement climatique » et « Habitat, usages, pratiques et formes »

 

 

 

Déroulé

 

L’atelier de projet se veut être un lieu où l’on associe pratique et recherche privilégiant l’expérimentation et une « pratique critique » du projet ancré dans un environnement technique, social et territorial bien réel.

Une attention particulière sera apportée à la formalisation d'un processus narratif du projet dans un esprit de cohérence éditoriale en vue de réaliser une publication notamment sur le site internet dédié :

www.infrastructures-terrestres.com

 

Le travail prendra la forme d’un exercice de projet long mené sur l’ensemble du semestre. Cette temporalité n’exclue pas la mise en œuvre de temps courts spécifiques,

L'enseignement encadré prendra place le Mardi et le semestre est structuré en 3 grandes étapes faisant chacune l’objet d’une restitution lors d’un jury commun.

 

Première étape (4 semaines) : Compréhension et identification

Cette étape s’appuie sur l’analyse et la compréhension de l’existant. Elle vise à faire émerger les spécificités et les caractéristiques fondamentales des tissus étudiés.


 

• Arpentage et mission photographique

• Identification et analyse des ressources (matérielle et immatérielle)

• Stratégie : Identification des enjeux et potentiels de transformation

 

Représentations privilégiées : photographie, axonométrie, maquettes et corpus de références.



 

Deuxième étape (8 semaines) : Formalisation 


• Mise en œuvre des stratégies de projet

• Déclinaisons morphologiques et typologiques.


• Déclinaisons structurelles et matérielles

 

Représentations privilégiées : Maquette, axonométrie, plan et coupe, collage et dessin.



 

Jury intermédiaire 2

 

Troisième étape (4 semaines) : Finalisation et rendu.


• Approfondissements ;

• Représentations.

 

Jury rendu final

Travaux

Les étudiants seront amenés à privilégier la recherche par la maquette physique.

Selon la thématique explorée, nous favoriserons la production d’un document « icone » explicite considérant la représentation comme partie prenante du processus de conception (une maquette/coupe, une coupe/perspective, un grand dessin). Les étudiants mobiliseront donc différents modes de représentation et de restitution tel : Story board, expression graphique architecturales aux échelles appropriées, visuels 3D, Maquette physique, rédaction de textes explicatifs du projet.

+ Élaboration d'une plaquette finale collective en vue d'une publication.

La présentation orale sera également privilégiée et permettra d’évaluer la capacité de l’étudiant à rendre compte de des démarches réflexives et exploratoires engagées.

Bibliographie

AUGÉ (Marc), Non-lieux. Introduction à une anthropologie de la surmodernité. Librairie du XXI ème siècle- Seuil

AURELI (Pier Vittorio), The Possibility of an Absolute Architecture. MIT Press, Cambridge, 2011.

AURELI (Pier Vittorio), The City as a Project. Ruby Press, Berlin, 2013.

CHARMES(Eric), La ville émiettée. Puf 2011.

CANAL Architecture, Construire réversible. Cité de l’architecture et du patrimoine

CAYE (Pierre), Durer : Éléments pour la transformation du système productif, les Belles lettres, 2020

COLLEGIUM INTERNATIONAL, Le Monde n’a plus de temps à perdre. 2012

DANZELOT (Jacques), La ville à trois vitesses : et autres essais.  Ed. de la Villette - 2009

HILBERSEIMER (Ludwig), Metropolisarchitecture and Selected Essays. GSAPP Books, New York, 2012.

HIRST (Paul), Space and Power : politics, war and architecture. Polity Press, Cambridge, 2005.

HESCHONG Lisa, Architecture et volupté thermique

GARGIANI Roberto, L’Architrave, le plancher, la plateforme – nouvelle histoire de la construction. ed. Presses Polytechniques et Universitaires Romandes, Lausanne, 2012

GHYOOT (Michaël), DEVLIEGER (Lionel), BILLIET (Lionel) et WARNIER (André) (ROTOR), Déconstruction et réemploi. Histoires, tendances et perspectives. PPUR, 2018.

GRAU Architectes, Rez-de-ville, rez-de-vie. Pavillon de l’Arsenal, 2013

ISHIGAMI (Junya), Another scale of architecture. Seigensha, Kyoto, 2010.

LATOUR Bruno, Où atterrir? Comment s’orienter en politique. La découverte, 2017

LUCAN (Jacques), Précisions sur un état présent de l’architecture. PPUR, Lausanne, 2015.

MAROT (Sébastien) et HERTWECK (Florian), La ville dans la ville, Berlin : un archipel vert. Lars Müllers Publishers, Zürich, 2013.

MANGIN (David), La ville franchisée : formes et structures de la ville contemporaine. Paris : Ed. de la Villette, 2004

MASBOUNGI Ariella, Le plaisir de l’urbanisme. Editions Parenthèses, 2016

PEREC (Georges), L’infra-ordinaire. Seuil, coll. Librairie du XXIe siècle, Paris, 1989.

 

 

LOGEMENT

 

ELEB Monique et SIMON Philippe, Le logement contemporain. Entre confort, désir et normes (1995-2012) , éditions Mardaga, Bruxelles, 2014

ELEB Monique et BENDIMERAD Sabri, Vu de l’intérieur habiter un immeuble en Île-de-france 1945- 2010, éditions Archibooks, 2011

ELEB Monique et CHATELET Anne-Marie, Urbanité, sociabilité et intimité des logements d’aujourd’hui, Les éditions de l’Epure, paris, 1997.

FERNANDEZ PER Aurora et MOZAS Javier, D BOOK Density Data Diagrams Dwellings, a Visuel Analysis of 64 Collective Housing projects, éditions a+t, Victoria-Gasteiz, Espagne, 2007

LUCAN Jacques, Habiter, Ville et Architecture, Presses Polytechniques Romandes, 2021

LEGER Jean-Michel, Yves Lyon. Logements avec architecte, éditions Créaphis, Paris, 2006

MARCHAND Bruno et KATSAKOU Antigoni, Concevoir des logements, concours en Suisse 2000-2005, cahier de théorie, publication du laboratoire de Théorie et d’Histoire 5LTH° de l’institut d’architecture de l’EPFL, 2008

MASBOUNGI Ariella, Bien habiter la ville, édition du Moniteur, Paris, 2010

SCHITTICH Christian, Habitat collectif, Concepts, Projets, Réalisations, éditions Détail Birkhäuser, Bâle, 2005

SERAJI Nasrine, Logement matière de nos ville – Chronique européenne 1900-2007, éditions Picard et du pavillon de l’Arsenal, Paris, 2007

 

Atlas de plans

 

WIETZORREK Ulrike (Sous la direction de), Housing + treshold, access and transparency in residential buildings, éditions Birkhauser Verlag AG, Bâle, 2013

EBNER Peter, HERRMANN Eva, HÖLLBACHER Roman, KUNTSCHER Markus, WIETZORRECK Ulrike, Typology, éditions Birkhäuser, Bâle, 2010

SCHNEIDER Friederike, Recueil de plans d’habitation, éditions Birkhäuser, Bâle, 2010

CHUECA Pilar, Atlas – Plan de logements, éditions LINKS, Barcelone, 2009

FRENCH Hilary, 100 logements collectifs du Xxe siècle, plans, coupes, élévations, éditions Le Moniteur, Paris, 2009.

 

Revues et Articles

 

FRANK Frédéric, Cahier de théorie _ Suburbanité : Des théories urbaines au logement collectif contemporain, PPUR Presses Polytechniques, Juillet 2012, 176 p

MARCHAND Bruno, KATSAKOU Antigoni, Cahier de théorie N°6 _ Concevoir des logements, Concours en Suisse 2000-2005, PPUR Presses Polytechniques, Décembre 2008, 144p

MARCHAND Bruno, AVIOLAT Alexandre, Cahier de théorie _ Logements en devenir : Concours en Suisse 2005-2015, PPUR Presses Polytechniques, Janvier 2016, 200 p

MARCHAND Bruno, JOUD Christophe, Cahier de théorie _ Mix : Mixité typologique du logement collectif de Le Corbusier à nos jours,PPUR Presses Polytechniques, Décembre 2014, 156 p

LAPIERRE Eric, L’ordre de l’ordinaire – Architecture sans qualité, catalogue de l’exposition Non Compatibles Une peinture sans qualités, une exposition de Catherine Perret à la Villa Tamaris à Toulon, Les presses du réel, Dijon, 2006.